La commune souhaite maintenir et renforcer ses actions en faveur de l’écologie. Faisons le point sur les interventions prévues sur les plans d’eaux durant la période estivale.

Grâce à l’ensemble de ses actions, la commune s’est vu récompensée en 2018, du prix « Restauration de sites dégradés » pour l’opération de réaménagement de l’espace naturel de la Motte, dans la continuité du ru des Hauldres, mais également du label « Terre Saine » dans le cadre de son engagement durable (zéro phyto, gestion différenciée des espaces verts, arrachage manuel…).

Cependant, depuis plusieurs années la commune se trouve, comme beaucoup d’autres villes, confrontée à une colonisation de plantes invasives. C’est une préoccupation extrêmement importante pour la commune comme pour l’agglomération Grand Parid Sud, gestionnaire des milieux humides de la ville, ces colonisations pouvant fortement impacter la biodiversité.

Une surveillance et des actions accrues pour lutter contre l’évolution de la jussie

Depuis 2016, de nombreuses actions ont été menées par l’agglomération : mise en place de barrages flottants de retenue de la plante afin de limiter la propagation, tests de plantations d’espèces locales concurrentes, mise en place de détecteurs H2S, campagnes d’arrachages mécaniques et manuels de la plante…
L’arrachage manuel reste le moyen de lutte le plus efficace contre la jussie. Une première intervention aura lieu en juillet sur le bassin du Vernouillet pour éviter la propagation. Une seconde opération d’arrachage et de pose de barrage aura lieu en septembre. Des campagnes de surveillance auront également lieu pour juguler rapidement les nouveaux foyers potentiels. Ce plan pluri-annuel d’intervention, mis en place à partir du mois de juillet, laisse présager d’une amélioration visible prochaine et d’une maitrise à moyen terme.

Nourrissage des canards et autres animaux sauvages : un danger écologique et sanitaire

Vous êtes nombreux à vouloir nourrir les oiseaux avec du pain. Cette pratique est illégale en France pour plusieurs raisons :
> La nourriture proposée aux volatiles est inadaptée à leur régime alimentaire et leur cause des veritables problèmes de santé,
> La nourriture attire les rongeurs indésirables et la pullulation de ces animaux est susceptible de causer une nuisance pour la biodiversité, le voisinage et peut comporter un risque de contamination de l’homme par une maladie transmissible.
> La nourriture non ingérée reste sur les berges ou les plans d’herbes, provoquant une pollution pour la biodiversité et les riverains.
Merci de respecter cette interdiction.